logo small

espace etudiant
 
   
 
  • Accueil
  • Journée scientifique: Quels aliments pour la femme enceinte ?

Quels aliments pour la femme enceinte ?
Influence des micronutriments sur nos gènes in utero et leur déterminisme dans les maladies à l'âge adulte

Par Philippe Danhier, Pharmacien, Diplômé en nutrition humaine

L'optimalisation de la nutrition au cours de la fécondation, de la gestation et de la lactation est un élément important pour l'embryon, pour le foetus et pour le devenir du bébé à l'âge adulte.

Les facteurs nutritionnels et environnementaux interviennent de façon précoce dans la régulation physiologique indispensable à la fécondation par les gamètes paternelles et maternelles et ensuite aux divisions cellulaires, à la nidation et à l'organogénèse.

Pour se développer, le foetus a besoin de macronutriments (glucides, lipides, acides aminés et protéines) et de micronutriments (vitamines, minéraux, oligoéléments ,phytomicronutriments,...) fournis par le placenta.


Les troubles du comportement alimentaire, les carences protéino-caloriques, en micronutriments essentiels induisent des RCIU (retard de croissance intra utérin), des petits poids de naissance et des pathologies dégénératives qui se développeront à l'âge adulte.

J.Barker a introduit la notion de programmation foetale corrélant les carences nutritionnelles maternelles au développement des maladies cardiovasculaires survenant à l'âge adulte.

De nombreuse études confirment actuellement l'impact des modifications épigénétiques se produisant au cours de courtes fenêtres spatio- temporelles, sur le développement in utero des cerveau, coeur, pancréas, rein ,...

Les vitamines (B9, B12, C, D, E), les oligoéléments (Zn, Se), les AGPI longues chaines (DHA), la méthionine, la taurine, les polyphénols, le cortisol,... sont impliqués dans les modifications épigénétiques et influencent le développement des tissus et organes foetaux. L'alimentation du foetus dépend de celle de la mère et conditionnera l'étiologie des pathologies dégénératives.

Optimisation de l’alimentation de la future maman en pratique

L'optimalisation de la nutrition, en particulier pendant la grossesse, est donc un point essentiel de santé publique qui devrait réduire la prévalence des maladies cardiovasculaires, l'obésité, le diabète de type II et les troubles comportementaux et psychiques (autisme, hyperactivité, schizophrénie, troubles bipolaires), ...

Une partie de la journée sera consacrée à l’élaboration des protocoles alimentaires de la (future) maman dans cette optique de santé et de prévention pour son bébé (associations alimentaires, conseils, recettes et astuces).

Imprimer E-mail