logo small

espace etudiant
 
   
 
  • Accueil
  • Journée scientifique: Importance nutritionnelle des lipides alimentaires en période périnatale

Importance nutritionnelle des lipides alimentaires en période périnatale

«Acides gras polyinsaturés (AGPI) oméga-3 et développement neurofonctionnel du système nerveux central du nourrisson- Données expérimentales et cliniques »

La période périnatale, qui s’étend des 3 derniers mois de la vie foetale jusqu’à l’âge de 2 ans pendant laquelle s’effectuent les étapes essentielles de la formation du tissu nerveux (migration neuronale, myélinisation, croissance neuritique et synaptogenèse), constitue la phase critique d’incorporation de l’acide docosahexaénoïque (DHA, 22 :6n-3).

De multiples travaux expérimentaux menés chez les rongeurs et le primate non-humain ont montré qu’une déficience alimentaire chronique en AGPI oméga-3 pendant cette période provoquait des perturbations des fonctions visuelle et cognitive, parallèlement à la diminution marquée de la teneur cérébrale en DHA.

Il est maintenant acquis que le champ d’action du DHA touche de multiples fonctions cellulaires au niveau cérébral (libération et captage des neurotransmetteurs, métabolisme énergétique, différenciation et mort cellulaire, ...).

L'importance nutritionnelle de l'apport alimentaire en oméga-3 sur le développement neurofonctionnel du nourrisson a été confirmée par des études cliniques démontrant que des nouveau-nés (prématurés et nés à terme) ayant consommés des aliments lactés pauvres en ces acides gras présentaient un retard de maturation de la fonction visuelle, comparativement à des enfants allaités au sein.

Il apparaît maintenant qu'un apport équilibré en précurseur essentiel des oméga-3, l'acide alphalinolénique, n'est pas suffisant pour permettre un développement cérébral optimal du nourrisson, et qu'un apport direct en DHA préformé est indispensable pour satisfaire les besoins physiologiques particuliers inhérents à cette période.

«Développement du tissu adipeux et lipides alimentaires : du fondamental au médical»

Les tissus adipeux brun et blanc assurent des fonctions physiologiques majeures. Le tissu adipeux blanc est nécessaire mais son développement excessif par hypertrophie et/ou hyperplasie entraîne des dysfonctionnements, groupés sous le terme de "syndrome métabolique" (diabète gras, dyslipémies, hypertension…), qui conduit à une augmentation des risques cardio-vasculaires.

Plusieurs études indiquent qu’il se développe majoritairement avant l’âge adulte. Un excès de masse adipeuse à un âge précoce est prédictif d’une obésité ultérieure.

L’événement d’importance réside dans le fait que les acides gras jouent initialement le rôle d’hormones en favorisant la formation d’adipocytes à partir de cellules précurseurs présentes dans le tissu adipeux humain. Nos travaux (CNRS) chez l’animal ont montré que les acides gras ne sont pas tous équivalents pour promouvoir le développement du tissu adipeux au cours de la période gestation/allaitement et qu’un processus trans-générationnel peut alors être mis en évidence.

La composition du lait maternel comme celle des laits maternisés, ainsi que les aliments très consommés par la suite, sont maintenant très enrichis en LA et souvent, dans le cas des aliments solides, appauvris en LNA. Il n’est pas exclu que des modifications de la chaîne alimentaire, portant dès l’origine sur de profonds changements dans la composition alimentaire des animaux d’élevage, aient entraîné pour les générations successives une prévalence accrue du surpoids et de l’obésité au cours des dernières décennies.

Les conférenciers:

Professeur Gérard Ailhaud:
Professeur Emérite de Biochimie à l’Université de Nice- Sophia Antipolis.
Past-Directeur du laboratoire “Développement du Tissu Adipeux”Unité CNRS UMR6543.
Past-Président de l’Association Française pour l’Etude de l’Obésité (AFERO) et de l’Association Européenne pour l’Etude de l’Obésité (EASO).

Docteur Philippe Guesnet, PhD :
Docteur ès Sciences, Directeur de Recherches à l'INRA. Unité de recherche sur la question du rôle spécifique des AGPI de la série oméga-3 dans le cerveau. Unité de Nutrition et Régulation Lipidique des Fonctions Cérébrales (NuRéLiCe) INRA.

Imprimer E-mail